Sortir /  19 septembre 2017 /  745 vues

Etonnant visionnaire, penseur  de son temps et bâtisseur d’avenir,  Basile KOSSOU  fut de son vivant un intellectuel accompli, un éminent théoricien mais aussi un habile acteur du développement. Avocat de la cause culturelle, ce philosophe et ancien fonctionnaire international,  aura, en sa brève existence,  marqué d’une empreinte majeure les grands enjeux  de la vie culturelle et politique  du continent africain.
Auteur d’ouvrages de référence comme « Sè et Gbè, Dynamique de l’existence chez les Fon », « La dimension culturelle du développement » et d’une impressionnante production de textes plus instrumentaux tels que « Les aspects culturels du Plan d’action de Lagos », la Charte culturelle de l’Afrique,  l’inépuisable pèlerin doué d’ubiquité exercera un magistère ininterrompu par ses contributions décisives aux conférences Africacult d’Accra en 1975 et Mondialcult de Mexico en 1982, puis par  la création de hauts lieux de l’interculturel tels que l’Institut des peuples noirs (Ipn) de Ouagadougou, le Centre international des civilisations bantoues (Ciciba) de Libreville, le Centre régional d’action culturelle (Crac) de Lomé, prestigieuse école qui livrera en vingt ans plus de 600 administrateurs culturels à tout le continent, le Centre régional d’études et de documentation (Credec) de Dakar, etc. Après avoir dirigé durant deux décennies l’Institut culturel africain de Dakar couvrant toute l’Afrique francophone plus le Ghana, Basile Kossou est nommé en 1987 secrétaire général de la Décennie mondiale du développement culturel à l’Unesco, puis en 1997 directeur du projet Priorité Afrique à l’Unesco.
20 ans après son rappel à Dieu, sa famille et ses amis se souviennent de lui.

Ajouter un commentaire

Videos Similaires

Le club

S'abonner

Закажите монтаж системы отопления по лучшей цене в Киеве

Emissions radio sur

Developed in conjunction with Joomla extensions.